« Coléoptères divers ». 1968

( J.P Lucio)

Les postes lao ont en 1968, émis une série intitulée « Coléoptères divers ».

 



n°182 YT....Valeur 30 kips pour le "Chrysochroa mnizechi" ......Dessin: S.Rodboon Gravure :Claude Haley
n°183 YT........Valeur 50 kips pour le "Aristobia approximator"......Dessin: S.Rodboon Gravure :Hanniquet
n°184 YT.........Valeur 90 kips pour le "Eutaenia corbetti".......Dessin: S.Rodboon Gravure :Claude Jumelet


et pour la Poste aérienne:


n°PA 54 YT......Valeur 120 kips pour le "Dorysthènes walkeri"...Dessin: S.Rodboon Gravure :Cécile Guillame
n°PA 55 YT...Valeur 160 kips pour le " Mégaloxantha bicolor"....Dessin: S.Rodboon Gravure :Eugène Lacaque

Quelques essais couleurs.......



Les Coléoptères ont depuis toujours fait l'objet de la convoitise des hommes.Recherchés dans un premier temps pour l'embellissement des parures tribales,pour leurs vertus magiques, médicinales voire culinaires ils font l'objet de nos jours d'un commerce intense qui ne date pas d'hier. Ce commerce a dès la Renaissance fait le bonheur de riches collectionneurs,d'entomologistes passionnés ou de ceux qui, tout simplement pour le bonheur des yeux, ont souhaité épingler sur du liège ces petites merveilles..
De là à dire que l'Homme a toujours cherché la petite bête...
Parmi les insectes, dans les cinq ordres dominants, les Coléoptères occupent une place importante avec une estimation prudente de 200 à 300 000 espèces. Prudence en effet car cet ordre comprend des insectes de très petites tailles avoisinant le millimètre et tout porte à croire, qu’il existe surtout dans les pays tropicaux d’innombrables espèces inconnues.Les lao connaisssent la spécialisation alimentaire des oiseaux, et notamment des pics. Utilisant ce savoir ancestral et consommant bon nombre de larves de coléoptères ils savent depuis longtemps associer les pics prédateurs aux larves de coléoptères recherchées. Mais venons-en au premier timbre, le 30 kips représentant le

« Chrysochroa Mniszechi »

Le nom de ce magnifique insecte signifie « teinté d’or ».
chryso = or et chroa = teinte, (différant en cela de chroma = couleur). Quant à Mniszechi , c’est pour honorer le jeune comte polonais George Mniszech, féru d’entomologie, vivant au milieu du 19ième siècle. Ce magnifique coléoptère laotien est un bupreste, souvent parés de magnifiques couleurs vives aux reflets métalliques. Mais sous cette apparence trompeuse la larve nuisible du Chrysochroa creusera des galeries pendant 2 à 3 ans. On observera des galeries sinueuses sous l’écorce, remplies de sciure. Au printemps de la 2eme ou 3eme année, la larve se nymphosera et les adultes sortiront en mai-juin en créant des trous dans l’arbre de 3 à 5 mm.


C’est l’ « Aristobia approximator »

qui a été choisi pour le 50 kips. Nous quittons les buprestes pour la famille des longicornes.(Cerambycidae),

et parmi les longicornes c’est la petite touffe de poils qui sera un élément d’identification des Aristobia ( arist = poils, barbe en latin). James Thomson, entomologiste et ami de George Mniszech classifiera l’ « Aristobia approximator » en 1865 .

" Eutaenia corbetti "


Toujours dans les longicornes, mais dans le genre Eutaenia ( Eutaenia = beau ruban) c’est l’espèce « corbetti » qui illustre le timbre de 90 kips. Edward James Corbett dit Jim Corbett est un officier de l'armée britannique, chasseur de tigre célèbre mais surtout naturaliste de la période du Raj britannique à qui C.J. Gahan de la "Royal Entomological Society of London" dédiera ce magnifique coléoptère.
Le premier timbre de 120 kips débutant la Poste aérienne représente un

« Dorysthènes walkeri ».

Toujours dans la famille des Cerambycidae. Ce coléoptère de 6 à 7 cm fut découvert par George Robert Waterhouse en 1840. Les solides mandibules du male sont à l’origine du nom du genre. ( Dory = lance et sthen = vigueur), le nom de l’espèce « walkeri » fait référence à l’entomologiste Francis Walker qui a parcouru le monde au début du 19ième siècle pour le plus grand bonheur du British Muséum. Avec le 160 kips représentant le

« Megaloxantha bicolor »

littéralement « le grand jaune à deux couleurs » nous terminons la série et nous retournons chez les Buprestes .

Ce coléoptère à l’abdomen jaune vif , présente sur les élytres deux taches colorées. C’est en 1778, dans les riches collections du naturaliste et botaniste britannique Sir Joseph Banks, que l’entomologiste danois Johan Christian Fabricius, découvrit ce coléoptère.

En 1974 les postes lao feront une autre émission sur le même sujet que nous étudieront ultérieurement....